Coups de cœur - l'été est là !

Comme chaque année, avec la régularité d’un métronome psychotique, l’été revient…

 

Sur sa nuque, le souffle léger du Jouvenceau Printemps et, devant lui, Dame Automne drapée dans ses vêtements mordorés, le regard empreint d’une étrange langueur. Mais foin de mauvaise poésie ! Qui dit été, dit vacances d’été… On sent dans l’air une même fébrilité, aussi bien chez les élèves que chez les professeurs : le désir d’être ailleurs, peu importe l’endroit.

 

Voici quelques suggestions de lecture :

 

 

Les vertus de l'échec, Charles Pépin

Un livre qui, je l’espère, devrait vous redonner courage ! Tant de grands noms ont connu l’échec avant de réussir (Steve Jobs, Thomas Edison, Raphael Nadal, et bien d’autres)…

Car l’échec à bien des égards est formateur. Il faut se frotter à elle pour, enfin, trouver le bon port. Ce que l’auteur de l’ouvrage, professeur de philosophie, illustre avec force exemples. Car, selon lui, ceux qui ont enfin rencontré le succès ne l’ont pas obtenu malgré les échecs, mais précisément grâce à eux ! Méfiez-vous des succès faciles, aussi bien professionnels que ceux obtenus dans votre vie privée! N’oubliez jamais que les médailles ont leur revers !

 

Voici ce qu’il écrit dans son introduction : « Professeur de philosophie au lycée, j’observe souvent des élèves meurtris par leurs mauvaises notes. Visiblement, on ne leur a jamais dit qu’un humain peut échouer. La phrase est pourtant simple : nous pouvons échouer. Elle est simple, mais je crois qu’elle contient quelque chose de notre vérité. »

 

 

Perturbateurs endocriniens : une bombe à retardement pour nos enfants, Isabelle Doumec

Depuis quelques temps, tout le monde semble parler des perturbateurs endocriniens. Le problème semble sérieux.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? Faut-il s’en inquiéter ?

Le livre d’Isabelle Doumenc constitue une première approche intéressante du sujet, même si on pourrait lui reprocher un côté parfois sensationnaliste.

Les perturbateurs endocriniens, comme leur nom l’indique, sont des substances qui agissent négativement sur le système endocrinien. Le problème est que la liste de ces dites substances est très longue ! Difficile donc d’y échapper.

L’ouvrage se veut plutôt pratique et se concentre sur les personnes les plus à risque, à savoir les femmes enceintes et les bébés. Mais tout le monde pourra le lire avec profit.

Etude de l’écotourisme, d'Amélie de Vriendt

Vous est-il déjà arrivé de visiter un pays étranger et d’avoir l’impression de faire du surplace ? Les McDonald’s de New-York ont un air de ressemblance avec ceux de la verte Gruyère, vous ne trouvez pas ? Et que dire de ces chaînes d’hôtel qui poussent comme des champignons, tous désespérément désolants dans leur froide uniformité fonctionnelle ! Et l’authenticité dans tout ça ? Bon, il y a toujours la Corée du Nord, mais il vaut mieux éviter d’éclater de rire en voyant le portrait de leur leader, si vous ne voulez pas connaître les camps (c’est probablement dépaysant au début, mais sans doute lassant au bout de quelques années)…

 

Mais prenez les choses par l’autre bout : quand des touristes viennent « chez nous », la plupart d’entre eux ne verront que ce que on aura bien voulu leur montrer : les coins « touristiques », bien calibrés, aseptisés. Rien qui ne dépasse ! Et ces touristes, de retour « chez eux », auront une image de la Suisse complètement fausse, à la grande satisfaction des autorités et des commerçants.

 

Mais n’y a-t-il donc point moyen de voyager autrement, de découvrir vraiment les autres cultures des autres pays, leur diversité naturelle ? La réponse est oui. Et le livre de Mme De Vriendt vous offre déjà des pistes. 

 

 

De sang et de lumière : poésie (Laurent Gaudé)

De la poésie… C’est un domaine où j’ai déjà abdiqué. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Un jour, j’ai écrit un poème « moderne » basé sur le concept de la liste des courses. L’idée était d’associer des produits et des sons de la manière la plus « intéressante » possible. Inutile de dire que je n’y suis pas arrivé !

Cornichon ! Tu n’es pas lait, tu es laid !
Concombre ! Ton vert a des dents !
Papier ! A quel usage – la main ou le séant ?
Sandwich ! Tu dégoûtes le rimailleur… Qui ? « Ich »
Coca ! Uni à ton Cola… débauché !
Pain ! Vin ! et une suite sans levain…

 

Laissons donc faire les professionnels des mots ! Les poètes sont les tatoueurs de l’âme !

 

Mais ce n’est pas parce que je suis incapable d’écrire de la poésie que je ne puis vous donner des conseils… au moins sur la façon de l’appréhender ! Selon moi, vous devez être dans l’état d’esprit adéquat. C’est-à-dire que vous devez être prêt à l’idée que vous allez « ingérer » de la beauté. Il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de lire de la poésie. Car il ne s’agit pas, naturellement, de simplement la « lire » au sens prosaïque du terme. La poésie n’est pas information, elle n’est pas un outil, elle ne se résume pas à la succession des mots qui la compose. La bonne poésie mérite d’être appréhendée avec respect…

Les domaines abordés par Laurent Gaudé ne sont pas rose, loin de là ! C’est aux damnés de la Terre que ces poèmes sont dédiés : à tous les opprimés, aux victimes de la guerre, de la barbarie, aux réfugiés. On comprendra également que la beauté de ces poèmes n’est pas une beauté facile, mièvre !

 

« Au fond des siècles,
Il y a un peuple,

Englouti,
Qui remue.
Entendez-vous son chant ?
Il appelle et veut vivre.
Au fond des siècles,
Il y a des vies saccagées qui ne se résignent pas.
Un peuple fait de bateaux fracassés par la tempête,
D’hommes passés par-dessus bord,
De femmes suicidées emmenant au fond des eaux leurs enfants pour qu’ils ne vivent pas en esclave.
La mer remue.
Qui l’entend ? » (p. 34)

 

Bref, cet été, asseyez-vous dans l’herbe tendre alors que le soleil à son couchant jette sa lumière ocre autour de vous et lisez… vous ne le regretterez pas !

Le serpent aux mille coupures, de Doa

Un bon thriller pour se détendre…

Curieux dans le fond, ne trouvez-vous pas, que la mort et le sang soient dispensateurs de détente pour beaucoup de gens ! Si je me sens agité, je me calmerai beaucoup plus avec quelques meurtres bien crapuleux qu’avec du Liszt ou du Chopin. La Formule 1 serait bien terne sans accidents ! Trouble nature humaine !

Il est vrai que les morts d’un « polar » ne le sont point vraiment : personnage fictifs – mort fictive ! La morale est sauve !

Sinon, en ce qui concerne l’histoire, voici la présentation des éditeurs :

« Trois criminels sud-américains sont retrouvés morts à Moissac, paisible bourgade viticole du Quercy. Pour le lieutenant-colonel de gendarmerie Massé du Réaux, appelé sur les lieux de la fusillade, aucun doute, c'est le travail d'un professionnel. Règlement de comptes entre narcotrafiquants ou acte d'un homme traqué, qui n'a rien à perdre et s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment ? »

La danse du mal, de Michel Benoît

Encore un policier. Dans la veine de Dan Brown, le bulldozer américain ! Là où sa plume passe, les champs lexicaux ne repoussent plus !

Mais Michel Benoît est docteur en biologie et en théologie et a été moine pendant 20 ans (c’est mon ami Amazon qui me l’a dit). Donc, a priori, il s’y connaît un peu plus que M. Brown sur les sujets religieux. Le résultat se laisse lire agréablement ; c’est la lecture idéale pour l’été.

Et l’histoire ?

 

« Au cœur du désert syrien, un manuscrit du Coran, datant du VIIe siècle, pourrait bouleverser l'équilibre du monde... A Rome, ils sont trois moines qui étudient l'origine du christianisme et la naissance de l'islam. Quand Georges, catholique syriaque, disparaît, son ami le frère Nil s'engage dans un voyage périlleux au cœur du désert syrien pour retrouver un dangereux manuscrit du Coran. Depuis son bureau de l'ancienne Inquisition, un prélat aussi discret que redoutable est décidé à s'en emparer pour lutter contre la poussée musulmane. Nil échappera-t-il aux djihadistes acharnés à détruire ce manuscrit ? A l'émissaire du Vatican lancé à ses trousses ? Sauvera-t-il Sarà, la belle Juive au passé ténébreux ? Après Le Secret du Treizième apôtre, best-seller mondial, Michel Benoît nous entraîne dans un thriller initiatique traversé par les fureurs de notre temps, le calvaire des chrétiens d'Orient et la recrudescence d'un messianisme devenu l'arme fatale de l'axe du Mal. »

Les troubles du sommeil, Damien Léger

Si vous souffrez de troubles du sommeil, ce livre peut déjà constituer une première piste. Ai-je besoin de vous dire l’importance du sommeil ? C’est l’unique porte d’accès au Pays des Rêves ; là-bas, le pauvre vit dans l’opulence ; le riche se dépouille de son matérialisme et folâtre dans les champs virginaux ; le vieillard recouvre ses vingt ans ; le jeune jette un regard empreint de sagesse sur l’existence ; les grenouilles se croient des bœufs et les bœufs coassent à qui mieux mieux.

Mais notre époque, froide et technocratique, orientée vers la performance, est peu propice au Marchand de sable ; impitoyablement, elle le refoule de plus en plus… Un seul exemple : « […] de plus en plus de responsables publics interviennent en faveur d’une négation du besoin de récupérer et de dormir la nuit. […] Certains voudraient des villes ouvertes 24 heures sur 24, y compris les transports et les services publics » (p. 69).

 

Les troubles sont multiples : insomnie, apnée, hypersomnie, somnambulisme, etc.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Un document (livre, DVD, bande dessinée, etc.) de la bibliothèque vous a particulièrement plu et vous souhaiteriez le faire découvrir ? Profitez alors de cette rubrique. N'hésitez pas à passer à notre guichet pour nous faire part de vos suggestions !